logo editions du canoe defaut

Éditions du Canoë

Tout vaut la peine si l'âme n'est pas petite
Fernando Pessoa

editions du canoe soulages bellefroidJacques Bellefroid

Soulages
Encre noire sur pages blanches

CENTENAIRE SOULAGES
Après une première publication dans la NRF en 2008, ce texte consacré par l’auteur à son ami Pierre Soulages renaît à l’occasion du centenaire de ce dernier. Et, de naissance, il est justement question. Comment un peintre naît-il à lui-même, à la fois père et fils de son oeuvre ? Quels contraires traversent la toile ? La création est-elle un retour à l’obscur ?
Mélange d’aperçus de la vie quotidienne du peintre et de rencontres rêvées (Soulages côtoie Nerval, Rimbaud, Pascal…), ce livre est aussi une quête d’écriture, où les mots se heurtent à l’aveuglement, au fameux noir de l’artiste. « Et d’abord, existe-t-il une couleur noire ? Et, si une telle couleur existait, de quelle couleur serait-elle ? » Non sans humour, Jacques Bellefroid signe ici un bel hommage.



Soulages de Jacques Bellefroid

La chronique de Gérard-Georges Lemaire

 

lire l'article sur visuelimage.com

Soulages, Jacques Bellefroid, Editions du Canoë, 48 p., 8 euro.

editions du canoe soulages bellefroid

Pierre Soulages est le dernier représentant de l'Ecole de Paris qui soit encore parmi nous. Ces dernières années, de nombreuses lui ont été consacrées, mais ce sont surtout des « livres d'images », et les essais sont rares. Il faut d'ailleurs souligné que le peintre a plaidé sa cause dans des entretiens et des films, refaisant l'histoire de l'abstraction après la guerre, et déclarant même que l'Américain Franz Kline l'aurait imité ! Il est vrai qu'on a beaucoup affirmé le contraire avec insistance et même cruauté et que le peintre a dû en prendre ombrage.
Quoi qu'il en soit ce livre est très intéressant car l'auteur connaît Soulages et a eu depuis un certain temps un dialogue suivi avec lui. Jacques Bellefroid s'interroge d'abord sur le noir, qui semble depuis longtemps être l'apanage absolu de l'artiste. Or, si le noir a bien été présent dans son oeuvre, qui en connaît le développement peut constater que c'est un aboutissement et non pas une donnée constante. Et il associe le noir à la lumière, expliquant que c'est le paradoxe (dépassé) de sa nature. De l'aveuglement d'OEdipe au soleil noir d'Hölderlin, il tente de cerner (et non de définir) ce que ce noir qui est la seule couleur des derniers tableaux en date. Il d'ailleurs curieux qu'il ne mette pas en avant que les empâtements formés à la surface de la toile sont faits pour emprisonner la lumière en sorte que quand on la contemple, nous ne sommes pas en face d'un surface opaque mais aussi en face d'une surface où la lumière envahit toute la surface.
Ce qu'a fait Jacques Bellefroid est une tentative de relier les ouvrages de cet artiste devenu centenaire à une culture, mais qui est plus littéraire et philosophique que picturale. Mais pourquoi pas ? C'est aussi un excellent moyen pour pénétrer dans cet univers qui pourrait déconcerter encore aujourd'hui certains d'entre nous. Ce livre aune valeur propédeutique : il invite à un voyage et dans une couleur et dans une pratique de cette couleur, qui est toute particulière.

 


 

 

 

Où trouver nos livres ?

Dans toutes les librairies qui voudront bien les commander. 
Consulter le site "Place des Libraires"

Diffusion : Paon Diffusion - Distribution : Serendip-livres

paon diffusionserendrip

Recevoir la lettre d'informations