logo editions du canoe defaut

Éditions du Canoë

Tout vaut la peine si l'âme n'est pas petite
Fernando Pessoa

tomber des nuesNathalie Georges-Lambrichs

Tomber des nues

Postface de Ginette Michaux
Tempéras de Claude-Luca Georges

« Au-dessus de la page, un poème. En bas, un autre. Entre les deux, entre ciel et terre, le vide de la page, inaltérable : souffle du vide, énergie, par la grâce desquels lettres et images des haïkus scintillent souplement entre elles, s’enlacent, sans se ressembler. Et aussi, au fil des pages, rature, ratage de l’insaisissable, qui rebondissent en « libres reprises » inachevées, pour toucher par un autre bord l’obscur sans nom que le mot passionnément désire serrer. »
Extrait de la postface de Ginette Michaux.

 

 

tomber-des-nues
13,00 €

Tirage de tête

8 exemplaires sous étui numérotés de 1/8 à 8/8 et 8 ex E.A. accompagnés d'une tempéra de Claude-Luca Georges

IMG 3165 IMG 3166IMG 3167IMG 3165IMG 3165IMG 3165IMG 3165IMG 3165IMG 3165IMG 3165IMG 3175IMG 3165IMG 3165IMG 3165IMG 3165IMG 3165


_______________________________________

 

Gérard Georges Lemaire, Verso/ Hebdo, mars 2021

 

Tomber des nues Nathalie Georges-Lambrichs, postface de Ginette Michaux, tempera de Claude Luca Georges, Editions du Canoë

tomber des nuesDans sa postface, Ginette Michaux rappelle avec raison que la forme poétique très concise du haïku japonais a été depuis longtemps connue et appréciée en Occident et même souvent imitée. Ce qu'il faut néanmoins ajouter, c'est que cette poésie réduite à peu de mots concerne une culture qui utilise les idéogrammes, qui peuvent avoir plusieurs significations et établir les uns avec les autres de très riches relations de sens. Dans les langues occidentales, cette notion se perd complètement. Il n'y a que la concision qui subsiste.
Ce qu'a entrepris Nathalie Georges-Lambrichs tient de la gageure car il s'est agi pour elle d’importer une forme extrême-orientale dans la sphère de la langue française. Cela représente à mes yeux un exercice risqué et qui pouvait conduire au pastiche. Ce n'est pas le cas ici, fort heureusement. L'auteur s'est donné des règles drastiques qui lui ont permis de cerner sa pensée avec une concentration des plus rigoureuses.
Elle a très bien su associer au moins deux éléments différents qui sont liés par une cause unique. Elle évoque souvent les grues, plus que n'importe quel oiseau, ce qui donne une tonalité japonisante à ses écrits. Les images qu'elle a imaginées sont denses et se résument à peu de chose. Ce « peu de chose » est le tout qui attribue force et valeur suggestive à ses vers. Le titre déjà nous donne cette idée : il peut être interprété au moins de deux façons. Le tout est très prenant et associe les éléments naturels, le paysage et le monde animal. L'humanité, dans son cas, est spectatrice de ce qui se déroule dans le ciel ou sur terre. Elle n'est donc pas tout à fait absente. Elle est la mémoire de ces représentations souvent fugaces. Mais ce qui me frappe le plus dans ces poèmes, c'est leur caractère pictural, même si d'autres sens que la vue sont mis en jeu. Tomber des nues est un recueil qui ne peut que toucher la sensibilité du lecteur. Toutes ces strophes peuvent sembler éthérées. En fait, elle ne le sont pas : elles décrivent des visions bien matérielles qui deviennent presque irréelles. Il est à noter que les tempéras de Claude-Luca Georges sont à l'opposé de la poésie : la matière y est abondante et prégnante. Elles fournissent ce que le texte ne fait que suggérer sans jamais le dire.

 

_______________________________________

 

Paiement sécurisé

paiement securise paypal

Où trouver nos livres ?

Dans toutes les librairies qui voudront bien les commander. 
Consulter le site "Place des Libraires"

Diffusion : Paon Diffusion - Distribution : Serendip-livres

paon diffusionserendrip

Recevoir la lettre d'informations